Aurore Aulong

Publié le par chendance

Site :  http://www.auroreaulong.fr

Diplômée des Beaux-Arts de Bordeaux en 2006 (DNSEP art et media) où elle a suivi l'enseignement d'artistes comme Marie Legros et Valérie Mréjen, Aurore Aulong utilise principalement la vidéo et la photographie pour réaliser des installations. 

De 2006 à 2007, elle réalise des vidéos telles que "Flottements" ou encore l'installation "Sonhos" qui retranscrit ses rêves, où elle tisse un lien étroit et fort entre son intimité et les expériences personnelles du spectateur. C'est pour cette approche qu'elle obtient la mention spéciale du jury pour l'Exposition Jeunes Artistes au Musées des Beaux-Arts de Bordeaux en 2006.

vlcsnap-7496623.png

En 2007, son travail à Budapest avec le chorégraphe Hongrois Gyula Berger sur la pièce "Nyisd ki a szemed", en tant que vidéaste et danseuse, la mène à intégrer la compagnie de danse contemporaine hongroise Zero Balett dans ses tournées en Europe Centrale. Suite à cette expérience, avec Mélanie Hosteint, elle met en place l'année suivante une résidence de création hybride à laquelle elle invite Zero Balett et participe elle-même : "Egomatoes", expérimentation performative à base de danse et de tomates .

flynet.jpg

Cette collaboration ouvre donc sa pratique au spectacle vivant et à la performance, ce qui  donne directement naissance en 2009 au D.Project, un homme D créé et développé avec la peintre Paulina Semkowicz qu'elles font voyager entre la Pologne, l'Ukraine et l'Allemagne et qu'elles intègrent à des expositions cheap pour dénoncer le manque de moyens financiers auquel fait fasse leur démarche artistique.

> http://thedproject.org

e_dproj_0clip_image002.png

En 2008, Michèle Malavallon l'invite a présenter trois installations vidéo pour l'exposition  itinérante "Miroirs d'estuaire" dans le Médoc.

miroirs.jpg

En 2010, elle obtient une bourse Défi Jeune pour réaliser un premier film, "Entre Deux", prolongation d'un travail de recherche sur le positionnement physique, la posture, mais aussi les codes sociaux qui régissent nos réactions face à l'Autre, amorcé aux Beaux Arts.

diapo-5-026-copy.jpg

A travers ce film, elle questionne ce que nous faisons avec l'image de notre corps, ce que nous sommes prêts à voir et à montrer de nous-mêmes.

Cette problématique la mène, toujours en 2010, à penser un projet scénographique  davantage accès encore sur le voyeurisme, "L'Ethique des Cafards", amorcé avec les architectes Jean Charles et Martine Zébo dans le dispositif d'Artiste en Résidence Partagée mis en place par le Conseil Général de la Gironde. Ce projet est en cours de développement.

Parallèlement, elle travaille depuis 2009 dans le lieu d'art A Suivre… et pour l'association ARPAI en tant qu'artiste plasticienne intervenant en milieu scolaire.

Dans un entre deux inattendu, Maggy Odile apparait. Il s'agit d'un travail vidéo réalisé en collaboration avec la réalisatrice Julie Chaffort avec la participation de comédiens tels que Bénédicte Chevallereau, Alice Farenkruk, Olivier Villanove… liant humour absurde, reportage et cinéma.

> http://maggyodile.blogspot.com

kkk.jpg

Actuellement à la tête du projet Chant de Marteaux, elle travaille avec l'association Einstein on the beach sur son développement qui rassemblera en 2012 les artistes plasticiens et musiciens autour d'instruments de musique abandonnés dans le Pays Bergeracois.


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article